S.D.F. Seul(e) Devant la Foule

05.09.2016

L’œuvre « S.D.F.» est une allégorie de la solitude des sans abris.

 

Des femmes et des hommes sont contraints de vivre dans un monde hostile que nous côtoyons

chaque jour sans y prêter une réelle attention. Face à un « bonjour » de leur part, certains ne répondent même pas… Une façon d’appuyer le manque de considération qu’ils vivent déjà au quotidien.

Le fossé entre la société et les sans abris, est aussi dramatique que le manque de solidarité

et d’humanisme de notre gouvernement inactif. La plupart des passants oublient, ou ne pensent pas, tout simplement, au fait qu’à coté d’eux, une personne vit, dort, peut mourir dans la rue, sans aucune sécurité, aucune sûreté de manger, de se soigner et de vivre décemment. Cela finit par ne plus choquer. C’est cela, le plus révoltant.

Une personne tend la main pour manger et nous détournons les yeux, certains mal à l’aise,

d’autres dégoûtés, ou dérangés de voir leurs rues ou quais de métro encombrés, la vue gâchée

par cette misère déplaisante à regarder.

 

Si demain, un ami, un membre de notre famille, ou nous-même, nous retrouvions dans leurs situations, que souhaiterions-nous ? La réponse est évidente.

Alors qu’attendons-nous pour agir au quotidien ? Il n’est pas toujours possible de donner de l’argent, mais commençons par répondre au « bonjour », rendre un sourire, prendre cinq minutes pour parler, et leur montrer que leur monde est le nôtre, pour briser l’espace d’un instant cette bulle de béton que nous avons construit autour d’eux.

 

 

 

Please reload