Quelques mots sur L'Artivisme...

10.06.2017

 

 

L’Artivisme peut naître de tout et par tous, via de multiples formes d’arts et d’expressions, il peut être pacifiste comme agressif, mais toujours dans la même dynamique libérée des interdictions et

de la censure. Seul ou collectivement, l’intention est d’animer les consciences, pour provoquer

chez l’observateur un questionnement et mettre en exergue des opinions pour en débattre.

L’Artivisme n’obéit à aucune règle, sauf celle d’interagir avec une vérité, d’être la critique d’un monde qui nous appartient autant qu’aux "tout-puissants" nichés dans leurs sphères dorées. Le but est de reprendre nos droits, notre "puissance" pour la faire circuler à d’autres.

Comme disait Descartes : "je pense donc je suis". La logique philosophique de l’Artivisme, serait donc,

je suis donc j’ai le droit à la parole, le droit d’être libre en étant ce que je souhaite être.

Nous sommes maîtres de nos opinions, si nous apprenons à nous ouvrir à la différence, à l’inconnu

et à l’inaccessible.

 

Nos pensées sont dès le plus jeune âge brimées et modelées selon les codes établis d’une société matraquée par la publicité, les propagandes politiques, ainsi que par des médias, pour la plupart, asservis par lesdits "décideurs". Il est donc certaines fois compliqué de définir notre propre pensée

sans l’influence de ces piliers institutionnels.

 

L’Artivisme est la pensée du peuple par le peuple, qui guide sans oppresser, qui montre sans matraquer. Il est l’opposition ultime à toute forme d’oppression visible et dissimulée. Il fait référence à l’utopie tout en restant réaliste, je m’explique : comme disait Marc Twain "Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait".

L’histoire est jonchée d’artivistes qui ont malmené l’impossible. Tout changement massif a débuté par des contestations et mouvements dits utopiques, et très souvent liés étroitement à des artistes toutes disciplines confondues. Entre autre la révolution française précédée et nourrie par le siècle des lumières.

L’Artivisme permet de rendre une pensée plus concrète, la libérer, la transcender pour la partager.

Nous pouvons tous être des artivistes, là est la réelle démocratisation de la pensée sans carcan.

Un enfant peut l’être autant qu’un vieillard, un smicard autant qu’un bourgeois, et une femme autant qu’un homme. Il peut être politique, social mais surtout humaniste, pour faire avancer les idéaux et les limites préétablis.

Faire de l’art n’est évidemment pas forcement de l’Artivisme, l’intention étant la base de ce mouvement. Même si, certains artivistes le sont inconsciemment, souvent motivés et inspirés par l’idée en soit. D’ailleurs certains actes révolutionnaires sont inconscients. Une "désobéissance civile" liée à des lois archaïques, a été perçue dans le passé autant qu’aujourd’hui comme une infraction. Dans certains pays prônant l’homophobie, des représentations homosexuelles peuvent être lourdement punies.

Dans le passé, les noirs et les femmes n’avaient pas accès à des droits fondamentaux, qui pouvait forcer à contourner la loi. Il est donc évident qu’il a fallut faire preuve de "désobéissance" dans le passé pour faire avancer les justes causes, autant qu’il en est nécessaire aujourd’hui, par le biais entre autre du mouvement Artiviste.

Karl Marx a dit "Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde; il s’agit maintenant

de le transformer". A mon sens, c’est l’intention prédominante de l’Artivisme, la pensée suivie de l’action. Beaucoup ont commencé avant nous ce processus, à nous de le faire perdurer.

Montrer, exprimer, critiquer d’une façon dérangeante, émouvante, drôle ou intrigante est la marque d’un mouvement concret : l’analyse suivie par les actes.

Il existe depuis toujours, même s’il n’a pas toujours été nommé ainsi. Il est né entre autre dans les théâtres, comme les pièces de Molière (17e siècle) ou Shakespeare (16e siècle). Dans les oeuvres féministes d’Artemisia Gentileschi peintre italienne du 17e siècle, et dans la philosophie de Voltaire écrivain français du 18e siècle. Au 20e siècle, dans les mots de Charlotte Delbo une écrivaine résistante française, dans les peintures de Frida Kahlo artiste mexicaine engagée, dans les oeuvres et la détermination d’Itô Noé une autrice féministe japonaise, dans les mélodies de Nina Simone compositrice, chanteuse américaine et militante, et dans les oeuvres de Marcel Duchamp peintre et auteur français. Évidemment, il y en eut bien d’autres. J’en cite quelque uns, car il est important de rendre hommage aux artivistes, ayant eu un impact sur notre histoire. Ils ont fait avancer le monde

et se sont battus pour leurs opinions.

La force de L’Artivisme réside en une phrase : philosopher activement autant que se battre pacifiquement.

 

 

 

 

 

 

 

Please reload